Une propriétaire de chien qui débute

Dans mes débuts en éducation canine, il m’a semblé assez rapidement essentiel de montrer à ma chienne quand elle faisait des choses bien. De la récompenser. A la maison, pendant mes périodes d’absence, j’aimais lui laisser des friandises à mâchonner. Cela épargnait souvent les pieds des meubles et autres jouissances type destruction massive. Je n’avais pas grand mal à trouver ce qu’il fallait dans les animaleries et autres grandes surfaces… jusqu’à ce qu’Enjie fasse une grosse indigestion.

La prise de conscience

Je ne prenais pas la peine de lire les étiquettes de mes propres aliments et j’avoue que je ne m’étais pas penchée sur les étiquettes de ce que je donnais à ma choupette. Le vertige m’a pris à force de regarder le détail des compositions. Les noms plus scientifiques les uns que les autres, les plus de 80% de céréales et les « sous-produits de » m’ont mis une bonne claque. Enjie, alias « mon petit canard », avait été comme récompensée au pain voire pire. Malgré cela je peinais à voir les alternatives compatibles avec ma vie de famille. J’avais peur des odeurs, des détritus, des friandises qui s’effritent.

THE Rencontre

C’est finalement une rencontre sur un stand aux Pays-Bas qui m’a fait sauter le pas. J’ai pu toucher, sentir et voir en vrai ce qui allait devenir les gourmandises puissance 1000 d’Enjie. Bien choisir selon les contraintes (à couper en petits bouts pour récompense ou à ronger ; odeur très forte pour l’extérieur ou plutôt neutre pour la maison)… et embarquer la moitié du stock du stand. Ça c’était fait !

Les prémisses

Oui mais voilà. 2 ans plus tard, les stocks épuisés, retour case départ. Il y avait bien les sites animaleries discount qui proposaient les mêmes types de produits, mais la qualité n’était clairement pas la même. Enjie ne faisait qu’une bouchée de ce qui lui prenait plusieurs heures auparavant. Et si l’envie de voyager était forte, je ne me voyais pas vraiment faire un aller-retour de plus de 8 heures, voiture bondée et odorante « juste » pour ça. J’ai donc commencé à commander auprès des « petits ». Avec les retours d’Enjie, puis de Jenna ma seconde acolyte à 4 pattes, j’ai pu faire au fil des ans une sélection des meilleurs fournisseurs en termes de qualité. Des sabots qui se rongent plus longtemps. Des tripes qui se conservent mieux.  Des groins de cochon naturels qui ne s’effritent pas.

La naissance de Canigourmand

Forcément, les « curiosités qui occupent » ont fini par attirer l’attention de quelques personnes de mon club canin. Les sabots ont été adoptés par bon nombre de personnes à l’école du chiot. Et ont par la suite conquis les propriétaires des chiots nés à la maison. Il y avait cependant tellement plus à faire découvrir. Toutes ces barres et autres nonos industriels pouvaient tous être remplacés par du naturel. A une heure où la qualité des matières premières diminue mais où les prix flambent, il était temps de montrer une autre voie possible. Une autre voie largement accessible.

La preuve, j’ai sauté le pas !

Des idées à la réalisation

Les mois passent et le projet prend forme doucement. Assurer la qualité. Limiter les emballages. Privilégier les circuits courts. Proposer le surprenant comme le gourmand. Toujours en 100% naturel. Eh paf ! Canigourmand voit le jour.

La Team de Cœur

L’équipe derrière Canigourmand, c’est avant tout une histoire d’amitié qui dérape, mais dans le bon sens. On connait tous un gars ou une nana excentrique, dans le sens « out of the box ». En général on déconne, on rentre dans ses délires le temps d’une soirée et puis on taquine derrière. Oui sauf que là il y a eu CONTAMINATION GENERALE ! Bon, les tricks et prouesses de mes chiens n’y sont pas pour rien, c’est clair. A force de faire les yeux doux, ils ont réussis à recruter des supers humains pour assurer l’approvisionnement de leur boite-magique-a-trucs-trop-bons. Trois .. Deux .. Un .. Présentation !

Tania, La Stratège

Les publications ? C’est elle. Les promos ? C’est elle. Les concours ? C’est elle. Les # ? C’est encore elle ! Que des trucs cool, pour une imprégnation totale dans le merveilleux univers canin. Si elle connait les chiens par cœur pour en avoir côtoyé des dizaines, elle découvre l’amour fou de leurs propriétaires un peu plus chaque jour. Ça tombe bien, elle ne se lasse pas de vos histoires et vous réserve quelques surprises …

Laurent, Maître des Chiffres

Vous voyez le Monsieur pas gentil qui nous freine quand NOUS voulons VOUS faire plaisir ? Eh bien c’est lui ! C’est pourtant essentiel à la prospérité de Canigourmand et nous sommes très heureux qu’il ait accepté de porter cette belle CASQUETTE (Attention, blague d’agilitiste ile-de-françois). En plus de ce rôle, Laurent assure le support IT. Il résout l’insolvable. Il fixe l’irréparable. Il met en place l’impossible. Bref, il nous permet de mettre dans l’écran ce qui est dans nos petites têtes joyeuses. Et vous savez quoi ? Toujours avec des chiffres !

Alex², Expert IT

Ingénieur informatique de formation, il est notre support incontesté pour tout ce qui concerne le site internet.  Alex intervient quand le Maître des Chiffres bloque (ou sature de nous haha). Cet amateur de bières est tombé dans la pinte Canigourmand pour son côté pétillant.. et aussi à cause de cette deuxième passion commune à toute l’équipe ! Une pointure, toujours à la recherche de la perfection et qui est en charge de VOTRE plaisir. Il assure la facilité de navigation et améliore le site au fil de vos recommandations. Vous avez des pistes ? N’hésitez pas à nous en faire part !  aurelie@canigourmand.com

Et puis moi, Aurélie, Fondatrice du Projet

Une jeune femme passionnée par le monde canin, heureuse maîtresse de 2 kelpies australiens et, par adoption de 2 bergers belges tervuerens. Dans mon cursus se côtoient lectures, formations et expériences professionnelles toujours autour des chiens. Travailler dans les dessous du monde de l’animalerie a été un pas de plus vers Cani-gourmand. Si le mode de consommation humain change, il faut aussi changer celui de nos 4 pattes que l’on empoisonne à tour de friandises.  Alors vive le naturel !